Projet VHS

A l’occasion du Festival du Film Francophone d’Angoulême, l’artiste plasticienne Bénédicte Bureau a été invitée à imaginer une oeuvre dans les sous-sols de la médiathèque l’Alpha.

Des murs de milliers de cassettes VHS forment un labyrinthe et guident le visiteur au cœur du cinéma français.

« Etre mémoire-VHS » est le titre de cette oeuvre originale que l’on peut visiter pendant quelques jours encore à l’Alpha d’Angoulême.

Partagez si vous le souhaitez...
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Routine matinale

Tous les matins, au réveil nous faisons à peu près toujours les mêmes gestes. L’idée de la série était de mettre en scène cette routine matinale.

Mais comment mettre en images quelque de chose de complètement banal à mes yeux ? J’ai réfléchi un peu de temps avant d’identifier des plans qui pouvaient être pris en photo.

Voici donc 8 photos qui représentent mon train-train matinal. Et pour vous ça se passe comment ?

Partagez si vous le souhaitez...
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Kumulus à Coup de Chauffe

Un globe terrestre, un capot de voiture, une cage à oiseaux, une poupée, une machine à laver… Tous ces objets cassés sont sortis d’une benne à ordures et transportés à la force des bras d’individus fragiles,à la volonté inébranlable. A pas lents et hésitants, le visage couvert de poussière, le clown, le gendarme, la prostituée, le poète et les autres (se) traînent et posent les déchets sur le bitume transformant l’espace en décharge.

Dans le silence hurlant de sons, de débris raclant le sol, de chocs et de rencontres muettes, ces hommes et ces femmes tentent de trouver un sens à ce rébus de débris. Ce bal des ombres résiste et pousse la ligne de front vers une rive incertaine, celle où la folie des sages et la sagesse des fous s’observent.

Superposition entre ce et ceux que l’on jette et dont on se débarrasse. Les humains et les déchets se confondent. Les objets deviennent organes et les humains des machines usées, bonnes pour la casse. Un globe terrestre, une cage à oiseaux avec une cloche à l’intérieur, un wishbone de planche à voile, une cuvette de cabinet, une bonbonne de gaz… Tous ces déchets sortis d’une benne sont transportés à la force des bras et des pieds d’individus « sans consistance », quasiment invisibles, cachés. Et le bruit dans le silence parvient jusqu’à nos oreilles. Les yeux suivent le mouvement des objets à corps et des corps objets. Tout arrive en vrac. Epars sur ce territoire, les éléments sont là : cuillères, plumes, chaussettes…

La « vie humaine » surgit avec un homme éberlué de voir ses mains bouger. Est-ce leur ultime geste dans un monde où l’action au détriment de la pensée et de la contemplation est la principale (pré)occupation de l’homme ? Seuls les individus dans le sas qui mène vers la mort respirent un autre air, celui des dernières minutes d’existence où l’on profite de chaque instant. Objets-souvenirs pour celui qui s’en sépare, évocateurs pour celui qui regarde. Comme dans un miroir : on regarde le visage vieilli et derrière, on voit celui qu’il a été ; Si vous tendez l’oreille, vous entendrez également la solitude des êtres.

« Silence Encombrant » un spectacle de Barthélemy Bompard et la compagnie Kumulus. Pour le plus grand bonheur du public, ils étaient à « Coup de Chauffe » samedi dernier à Cognac.

Partagez si vous le souhaitez...
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

La Transumante à Coup de Chauffe

A l’occasion du festival des arts de rue de Cognac, Coup de Chauffe, Johann Le Guillerm et sa compagnie ont construit la Transumante, une oeuvre composée de 160 carrelets de bois.

Artiste issu du cirque, équilibriste, inventeur et manipulateur d’objets, cet artiste nantais bâtit au fil des années une oeuvre inclassable. Ni clou, ni vis, ni corde : la simple pression des carrelets de bois les uns contre les autres tient l’ensemble.

À la fois solide et fragile, La Transumante prend vie au fil de ses mutations, elle peut atteindre 200 m2 au sol et grimper jusqu’à quatre mètres !

Cette structure s’est ensuite déplacée depuis la mairie, à travers le jardin public et jusqu’au boulevard Denfert-Rochereau.

Partagez si vous le souhaitez...
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email