Kumulus à Coup de Chauffe

Un globe terrestre, un capot de voiture, une cage à oiseaux, une poupée, une machine à laver… Tous ces objets cassés sont sortis d’une benne à ordures et transportés à la force des bras d’individus fragiles,à la volonté inébranlable. A pas lents et hésitants, le visage couvert de poussière, le clown, le gendarme, la prostituée, le poète et les autres (se) traînent et posent les déchets sur le bitume transformant l’espace en décharge.

Dans le silence hurlant de sons, de débris raclant le sol, de chocs et de rencontres muettes, ces hommes et ces femmes tentent de trouver un sens à ce rébus de débris. Ce bal des ombres résiste et pousse la ligne de front vers une rive incertaine, celle où la folie des sages et la sagesse des fous s’observent.

Superposition entre ce et ceux que l’on jette et dont on se débarrasse. Les humains et les déchets se confondent. Les objets deviennent organes et les humains des machines usées, bonnes pour la casse. Un globe terrestre, une cage à oiseaux avec une cloche à l’intérieur, un wishbone de planche à voile, une cuvette de cabinet, une bonbonne de gaz… Tous ces déchets sortis d’une benne sont transportés à la force des bras et des pieds d’individus « sans consistance », quasiment invisibles, cachés. Et le bruit dans le silence parvient jusqu’à nos oreilles. Les yeux suivent le mouvement des objets à corps et des corps objets. Tout arrive en vrac. Epars sur ce territoire, les éléments sont là : cuillères, plumes, chaussettes…

La « vie humaine » surgit avec un homme éberlué de voir ses mains bouger. Est-ce leur ultime geste dans un monde où l’action au détriment de la pensée et de la contemplation est la principale (pré)occupation de l’homme ? Seuls les individus dans le sas qui mène vers la mort respirent un autre air, celui des dernières minutes d’existence où l’on profite de chaque instant. Objets-souvenirs pour celui qui s’en sépare, évocateurs pour celui qui regarde. Comme dans un miroir : on regarde le visage vieilli et derrière, on voit celui qu’il a été ; Si vous tendez l’oreille, vous entendrez également la solitude des êtres.

« Silence Encombrant » un spectacle de Barthélemy Bompard et la compagnie Kumulus. Pour le plus grand bonheur du public, ils étaient à « Coup de Chauffe » samedi dernier à Cognac.

All Butter Band au château de Balzac

Édifié en bordure de la Charente, le château de Balzac rappelle le souvenir de Jean-Louis Guez de Balzac, célèbre écrivain charentais. Les Soirs Bleus de GrandAngoulême y faisaient une escale vendredi soir pour le plus grand bonheur des charentais et des derniers vacanciers.

Une scène avait été installée au pied de la bâtisse afin de recevoir  quatre musiciens passionnés de blues rock. All Butter Band, une formation composée de Thomas Ottogalli à la guitare et au chant,  Matthis Pascaud à la guitare, François Lapeyssonnie à la basse et Gabriel Westphal à la batterie.

Les soirs Bleus, une belle initiative de GrandAngoulême aura permis tout l’été de voir de magnifiques spectacles et de découvrir des trésors de la Charente.

Préparation de la Grande Parade

Les manuels d’histoire avaient réduit les Celtes à de gentils barbares écrasés pour leur bien par les légions romaines. La réalité est différente, les Celtes ont été le peuple le plus puissant d’Europe, avec des territoires allant de la Mer Noire à l’Irlande.

Depuis presque 50 ans, les Celtes se retrouvent à Lorient à l’occasion du festival Interceltique. Une semaine haute en couleur avec les retrouvailles des différentes nations celtes : Les Asturies, La Bretagne, Les Cornouailles, L’Ecosse, La Galice – l’invité d’honneur 2018, L’île de Man, L’Irlande, Le Pays de Galles.

La Grande Parade des Nations Celtes est un des événements majeurs du festival. Chaque année, plus de 3500 artistes défilent en costumes dans les rues de Lorient, pour une arrivée au Stade du Moustoir, sous les applaudissements du public.

Ci-après quelques photos réalisées à l’occasion des derniers préparatifs :

Handle

Handle, c’est le dernier projet rock de Ben et Julien (jouant ou ayant joué dans des groupes charentais comme MSL JAX, Billy Gaz Station, Café Flesh, The Milons etc…). Rejoins par Romain fin 2013, ils enchaînent les répètes et concerts dans le Sud Ouest. Dans la tradition Jarnac Soundienne, le trio distille de la power pop musclée et typée 90’s, qui sera gravée sur un EP fin 2014 (sobrement intitulé « Handle »). S’en suit quelques concerts et le départ de Romain. Remplacé par Joachim fin 2015, le groupe reprend les répètes et concerts et prépare son premier album pour fin 2016. L’album en boîte, Joachim part sur de nouvelles aventures belges. Pour autant le groupe reprend les concerts avec Bertrand à la batterie pour défendre l’album « A broken clock is right twice a day », qui sort en octobre 2017.

Ils étaient hier soir en concert au Rock and Flore de Mornac (16)