Confinement

En décembre 2019 je découvrais l’existence d’un nouveau virus, le Covid-19 dont l’épicentre se situait dans la ville de Wuhan en Chine. A l’époque, j’étais loin d’imaginer que le virus allait se propager aussi rapidement sur la planète entière.

Pourtant, le 17 mars 2019 le Covid-19 continue à se répandre et à 12h00, le confinement est imposé sur tout le territoire français.

Comme beaucoup, l’heure est à l’isolement et je me retrouve ainsi à demeure avec ma femme et ma fille, dans une petite ville du sud-ouest de la France, tout près d’Angoulême.

Mais je suis persuadé que la période de confinement va durer longtemps, et je m’interroge alors pour savoir comment m’occuper pendant les prochains jours, voire les prochaines semaines. Prendre du temps avec ma famille ? Faire un peu de sport ? Ranger la maison ? Entretenir la peinture des extérieurs ? Jardiner ? Me former ? Bref il faut que je m’organise pour ne pas me laisser ronger par les médias, par le pessimisme ambiant.

Comme je suis passionné de photographie, je souhaite également réaliser des images pendant cette période.

Mais que photographier alors que le périmètre de déplacement est limité à 1 km du domicile ? Utilisant cette situation et histoire de mettre un peu de piment, j’envisage alors de réaliser des photos avec les contraintes du confinement en m’imposant un nouveau thème tous les jours. Je décide de partager cette idée et j’invite des collègues du club photo à participer à l’exercice. Tous les soirs à 20:00, je leur propose un nouveau thème photographique et ils ont 24:00 pour faire leur proposition sur un groupe Facebook créé pour l’occasion.

Les thèmes sont divers, tout ce qui me passe par la tête, mais avec l’idée de faire quelque chose d’assez joyeux en essayant de faire appel à la créativité.

En imaginant une future série nommée « confinement », j’essaie en parallèle de m’imposer des contraintes supplémentaires :

  • Réaliser les photos spécialement pour l’exercice,
  • Utiliser le même boîtier, la même focale fixe,
  • Présenter chaque photo de façon identique : photo au format carré avec le titre de l’exercice en dessous,
  • Mélanger le noir et blanc et la couleur,
  • Introduire quelques portraits,
  • Tenter d’harmoniser les couleurs

Pendant cette période, les thèmes suivants sont proposés : Une fleur en noir et blanc, Complémentaire…, Plastique, Photographiez la dernière chose qui vous a fait rire, Demain c’est le printemps, mettez-le en boite, Le compte est bon, Monochrome ou Duotone, Mon œil, Photographiez le passé, Photographiez votre ombre, Laissez-nous deviner votre livre de chevet, Mettez de la texture dans vos noirs et blancs, Un vase, une pomme, composez maintenant, Rose, Vous prendrez bien un café ? Minimaliste, Faites du sport, Il est tard, C’est l’heure de l’apéro, Taraxacum officinale, Tête en l’air, 22 v’là les flics, Terre, Visez la lune, Réalisez un « Flat Lay »

2 tasses

Le 4 mars dernier je reçois un mail d’un certain Mourad résidant à Montréal au Québec. Dans un français approximatif, il me demande d’aller dans le cimetière de ma commune afin de photographier une sépulture collective où son arrière-arrière oncle paternel repose. Ce dernier serait décédé en 1918 suite à l’incendie qui aurait ravagé la petite auberge qu’il détenait. Joint à ce mail je découvre le plan du cimetière avec la position exacte de la tombe à photographier. Mourad m’indique également qu’il est prêt à payer à l’avance pour obtenir ces photos.

Croyant à un fake, je relis le message à plusieurs reprises. Le lendemain, piqué par la curiosité et à l’occasion d’une marche solitaire, je me décide d’entrer dans le cimetière. Je retrouve rapidement la sépulture au lieu indiqué. Celle-ci semble abandonnée et ne comporte plus d’indications.

Je prends alors quelques clichés avec mon smartphone afin de les communiquer par mail. Je poste le message à 17:58. La réponse arrive dans la nuit du 6 mars à 01:45.

« Trop d’émotions…Merci pour votre confiance… » Une nouvelle fois il me propose de me régler les photos…

Quelques jours passent et toujours dans l’incertitude, je décide à supprimer cette conversation de ma boite mail.

Ce 20 mars, en pleine période de confinement, j’ouvre ma boite aux lettres et j’y trouve un colis en provenance … du Canada. J’ouvre le carton et découvre 2 tasses de café avec les coupelles, accompagnées d’une lettre de remerciement de Mourad.

J’en souris encore…

Barrobjectif 2018

Barro est un petit village, situé entre Poitiers et Angoulême, dans le nord Charente. Depuis presque 20 ans, le festival Barrobjectif, met en scène dans le village pendant 10 jours, une série d’expositions dédiée au photo journalisme.

Avec ses deux expositions « Les limbes » et « La guerre cachée », l’invité d’honneur du festival Barrobjectif 2018, était Emin Özmen, photojournaliste turc de l’agence Magnum photos. Vingt photographes faisaient également partie de la sélection 2018.

Partage, échange, convivialité sont les valeurs qui ont une nouvelle fois, fait le succès de Barrobjectif.

Le centenaire – Irving Pen

Irving Penn (1917-2009) figure parmi les grands maîtres de la photographie du XXe siècle. Au cours d’une carrière qui couvre près de soixante-dix ans, il a élaboré une esthétique épurée de la photographie de studio, caractérisée par une attention méticuleuse accordée à la composition, aux nuances et aux détails.
Cet ouvrage indispensable réunit l’une des plus grandes sélections à ce jour de photographies d’Irving Penn : près de trois cents au total. Certaines sont célèbres, et même iconiques, comme les fameuses séries: cigarettes, clichés ethnographiques…. d’autres sont publiées ici pour la première fois.
Hommage rendu au photographe à l’occasion du centenaire de sa naissance, ce volume somptueux présente dans son intégralité un parcours hors du commun.
L’introduction éclaire l’ensemble de l’œuvre d’Irving Penn en la situant dans le contexte artistique, social et politique qui en a influencé le contenu.
Les essais présentent de manière vivante, les grands sujets qu’Irving Penn a abordés et les principaux domaines dans lesquels il a exercé ses talents : portraits de personnalités et de célébrités du monde de la culture, mode, nus féminins, portraits ethnographiques – au Pérou, au Dahomey (Bénin), en Nouvelle-Guinée et au Maroc -, natures mortes.
L’ouvrage présente également le travail publicitaire de Penn et analyse les techniques complexes de tirage qu’il a pratiquées.
Une chronologie illustrée conclut l’ouvrage.
Irving Penn : Le centenaire est une lecture essentielle pour toute personne qui s’intéresse à l’œuvre de cet artiste et, plus généralement, à l’histoire de la photographie au XXe siècle.