Vestiges de l’hiver

En ce début avril, les premiers rayons tentent une percée dans ces épais nuages chargés de pluie. Le printemps arrive timidement, débarrassant progressivement toutes les traces de cet hiver long et humide.

Dans les arbres, les premiers bourgeons apparaissent. Les dernières feuilles et les derniers fruits de la saison passée,  tombent progressivement.

Après avoir passé une saison accrochés dans les airs, ils retrouvent la terre ferme avant de commencer leur lente décomposition.

Le temps, la météo fait lentement apparaître leurs frêles squelettes, dernière étape avant d’être réduit à l’état de poussière.

Le cycle infernal de la vie

 

Première sortie des gendarmes

Le gendarme, du nom savant pyrrhocore ou Pyrrhocoris apterus, est encore appelé aussi diable ou cherche-midi, en raison de son attirance pour le Soleil au zénith.

Vous en avez certainement dans votre jardin. Ils sont souvent blottis dans les nervures des troncs, ou au raz des pâquerettes. Ils se réveillent au début du printemps et se dégourdissent les jambes aux premiers rayons du soleil.

Le sentier des lutins

J’aime me promener en forêt, à pied ou à vélo. Ces moments de grands airs sont apaisants et permettent de se ressourcer. La nature reste aussi un grand terrain de jeu et de découverte.

Pas très loin de la maison, j’ai repéré il y a quelques temps un petit chemin étroit où des décorations laissées au sol ont attiré mon attention : motif en débris de terre cuite, boucles en osier tressés… S’agit-il de créations d’enfants ?

Un dimanche après-midi d’hiver, je me décide de retourner sur les lieux et prendre le temps d’examiner en détail, les différentes créations entreposées le long du sentier.

D’habitude je dévale rapidement ce passage légèrement vallonné,  les doigts crispés sur les freins du VTT. Aujourd’hui, je reviens à pied.

Après quelques minutes de marche, je repère la naissance du sentier. Je pénètre dans ce passage couvert et je découvre une multitude de motifs au sol, des créations de boules de fragon, de mousse et de lierres attachées aux branches. Un peu plus loin, une hutte est dressée avec à l’intérieur des pierres disposées en cercle, comme rappelant un ancien feu.

Alors que de n’avais pas prêté attention à vélo, une bifurcation apparaît. Par curiosité je choisis de suivre ce chemin qui semble se diriger vers la paroi rocheuse. Je distingue plus loin de grands piquets assemblés comme un échafaudage. Je m’approche et je découvre des marches aménagées avec des bouts de bois. Je grimpe l’escalier et atterris sur une plateforme menant à une grotte enfoncée dans le rocher.

Un gros gourdin en forme de tête d’animal et différents piquets organisés en croisillons semblent protéger l’entrée. Une vieille poêle laissée sur un âtre imaginaire semble rappeler un ancien festin. Mon œil est attiré vers un morceau de plastique sur lequel est inscrit « Attention traverse de lutins ».

J’entre dans la grotte. L’intérieur est aménagé. Un coin cuisine où je peux imaginer un gibier tout juste chassé et cuisant à la broche. Dans le centre, des bouts de bois sont organisés à la façon d’une table et de bancs. Plus loin un tapis de mousse est entouré de petits cailloux à l’image d’un lit. J’ai l’impression d’être transporté dans le passé, à l’époque de la préhistoire.

Je poursuis mon chemin et je découvre une deuxième grotte en cours d’aménagement.

Ce sentier décoré, ces grottes aménagées m’interpellent et j’imagine qu’il a fallu de nombreuses heures, voire des journées pour effectuer ces différents aménagements. Mais je ne parviens toujours pas à répondre à la question initiale. S’agit-il de réalisations d’enfants ou adultes ? Dans tous les cas, le résultat est surprenant et remarquable.

J’essaierai de revenir prochainement sur ce sentier des lutins.

https://photos.google.com/album/AF1QipPxjyt_Fo4TYwCkGLpPm4Ir-nnlKGYbzI1NEL6w

Daisy princesse des pelouses

Depuis quelques jours des tâches blanches et jaunes apparaissent sur les pelouses. Ces fleurs ont la particularité de se fermer la nuit et de s’ouvrir le matin pour s’épanouir au soleil ; elles peuvent également se fermer pendant les averses, voire un peu avant, ce qui permettrait dans les campagnes de prédire la pluie légèrement à l’avance.

Vous avez bien sûr reconnu, Daisy la pâquerette.