Indifférence

Il y a quelques jours, l’émission « Envoyé spécial » proposait un reportage sur l’usine Whirpool intitulé « Les oubliés de la campagne ». Ce document expliquait que malgré 850 millions d’euros de bénéfices en 2016, Whirlpool avait pris la décision de délocaliser son usine d’Amiens en Pologne, où les salaires sont plus bas. J’ai particulièrement été frappé par le désarroi des ouvriers et notamment par le syndicaliste qui ne parvenait pas à distribuer ses tracts sur le parvis de la grande arche à Paris. Personne ne faisait attention à lui, voire détournait son chemin pour l’éviter.

Me trouvant dans quartier de la Défense à ce moment là, je me suis mis à observer les gens, leurs attitudes, leurs déplacements aux heures d’embauche : des chemins bien tracés, des regards dirigés vers le sol, un mobile scotché à l’oreille. Ni regard, ni sourire, de véritables zombies dans une indifférence la plus totale.

(Vous pouvez passer en plein écran en cliquant sur l’icône à droite du bouton HD)

Street dance à la BNF

Alors que je flânais à la BNF à l’occasion d’un séjour à Paris, j’ai été attiré par un groupe de danseurs qui réalisait une séance photo. Je me suis assis pour assister au spectacle. Un délice.

Je me suis approché pour discuter avec eux et ils m’ont permis de réaliser quelques clichés avec le petit boitier que j’avais dans ma poche.

Awa Ly en concert

Samedi soir à Marsac, Awa Ly se produisait en concert, à l’occasion de la journée d’ouverture de la 14ème édition du festival « Mars en Braconne ». Subtil mélange d’horizons entre Soul, Pop et musique africaine, Awa Ly a conquis le public venu en nombre. Accompagnée de fabuleux musiciens, l’artiste a fait vibré « Mars en Braconne » pendant 2 heures de concert.

Comme à Marsac samedi soir, il y a des moments où la magie opère, où les spectateurs se mettent à danser, à embrasser la chanteuse. Assurément un très grand moment du festival.

Vous ne connaissez pas Awa Ly ? Prenez quelques instants pour regarder les photos du concert et écouter sa musique : https://soundcloud.com/awaly/albums

 

Lumière du week-end

Un grand ciel bleu, des premiers rayons de soleil et la journée devient tout de suite plus agréable. Il fait bon flâner, observer, prendre son temps de rechercher ces percées lumineuses qui nous caressent et nous réchauffent.

La grisaille de ces derniers jours, laisse enfin place aux ombres mystérieuses qui sculptent et découpent les bâtiments.

Comme happé par ces monstres, les silhouettes m’attirent et obsèdent ma vision. Une seule parade : déclencher pour immortaliser des fantômes qui disparaissent au moindre passage nuageux.